tartine

tartine

mercredi 8 février 2012

Le "nimportequoitisme" ou les ravages du" progressisme"

USA: des orques peuvent-elles porter plainte pour esclavage?

 

Un tribunal américain doit décider si cinq orques qui se produisent dans les parcs d'attraction Seaworld peuvent poursuivre leur "employeur" pour violation du 13e amendement de la constitution qui interdit l'esclavage, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
L'association pour un traitement éthique des animaux (Peta) a porté plainte devant le tribunal fédéral de San Diego (Californie) au nom des cinq orques baptisées Tilikum, Katina, Corky, Kasatka et Ulises qui interprètent des numéros acrobatiques à Orlando (Floride) et San Diego.
La plainte a été examinée lundi par un juge fédéral ainsi que la réponse de SeaWorld, qui demande qu'elle soit déclarée irrecevable. Déposée en octobre, elle demande que le tribunal reconnaisse que les orques sont "soumises à l'esclavage et/ou à la servitude involontaire par les accusés en violation du 13e amendement de la constitution des Etats-Unis".
Cette affaire se situe à "la future frontière des droits civils", a déclaré à l'audience Jeff Kerr, l'avocat de Peta, parlant de "jour historique". "L'esclavage ne dépend pas plus de l'espèce de l'esclave que de la race, du sexe ou de l'ethnie", a-t-il dit, selon un communiqué. "La contrainte, l'avilissement et l'assujettissement sont les caractéristiques de l'esclavage et ces orques endurent les trois", a-t-il plaidé.
SeaWorld a demandé que le tribunal rejette cette plainte au motif que "le 13e amendement protège uniquement les personnes, et non les animaux".
Belga

Aucun commentaire: