tartine

tartine

mardi 30 août 2011

Un « negro » et ça repart!


La commission fédérale contre le racisme s’enfonce de plus en plus dans ses délires. Forcément, puisqu’elle n’a strictement aucune raison d’exister, il faut qu’elle s’invente des combats pour justifier son existence. Il n’y a d’ailleurs qu’à lire n’importe lequel de ses rapports pour voir que les faits sont tordus outrancièrement pour faire du racisme une réalité profondément ancrée dans le paysage national.
Aujourd’hui, c’est à la marque de bonbons serbes « negro » qu’elle s’en prend. J’avais déjà remarqué avec amusement les emballages en question dans les rayons de la coop locale, me demandant combien de temps mettraient les gogols de l’antiracisme pour réagir. Ça n’a pas trop traîné (3-4  mois à peu près depuis mon constat). La CFR part donc dans une nouvelle croisade dont elle a le secret.

Ceci dit, ce que la Commission fait mine de ne pas savoir c’est que « negro » signifie noir dans plusieurs langues : en espagnol notamment et surtout, puisque c’est là le coeur du problème, en serbe. D’ailleurs, dans cette langue slave, ce terme désigne aussi « l’homme noir », le ramoneur qu’on retrouve en logo sur l’emballage.

Il est donc extrêmement cocasse que la Commission Fédérale contre le Racisme, elle qui ne cesse de faire l’éloge du multiculturalisme, se braque pareillement contre cette marque. On veut bien que le terme en question soit connoté de manière extrêmement péjorative dans notre langue, mais, si l’on veut faire la promotion de la diversité, la moindre des choses serait de prendre en considération les différences culturelles et linguistiques, ce que la CFR refuse catégoriquement de faire. Ces gens sont si fanatisés que même si le terme « negro » signifiait « amour, paix et tolérance », ils ne le laisseraient pas passer.

On voit ressortir de manière flagrante dans cette histoire la manière dont nos amis gauchistes considèrent la multiculturalité : celle-ci n’est tolérée qu’à partir du moment où elle mène à une uniformisation totale, uniformisation qui doit se faire selon leurs propres critères. Le petit gris quoi, une bestiole informe et sans âme ni identité… Ce n’est pas pour rien que ces gens soutiennent systématiquement l’islamisation de nos contrées : dans leur esprit, le seul islam qui vaille la peine d’être toléré, c’est celui qu’eux se sont imaginé, à savoir un islam « ouvert et tolérant » à leur image, soit un islam fantasmé qui n’existe pas. La soi-disant « ouverture d’esprit » des gens de gauche et surtout des aboyeurs enragés de l’antiracisme n’est donc qu’un cache-sexe pour des visées totalitaires visant à casser quiconque n’entre pas dans leurs schémas de pensée extrêmement étriqués.

Je me réjouis d’avance de connaître la réaction de Coop face à cette attaque. Si par mégarde, celle-ci devait faire pression sur le producteur pour qu’il change le nom de son produit, soyez sûrs que je ne mettrais plus jamais les pieds dans cette grande surface. Non pas que je sois un fan des bonbons en question, mais simplement que je ne supporte pas les gens qui se plient face aux revendications lénifiantes de la meute aboyante de l’antiracisme. J’irai d’ailleurs demain même acheter de ce pas un paquet de ces fameuses sucreries, on ne sait jamais, peut-être sera-ce là une bonne surprise.

Et qui sait, dans quelques années, si Coop joue le jeu, peut-être dira-t-on : un « negro » et ça repart !

http://fouthese.com/2011/08/26/un-negro-et-ca-repart/

Aucun commentaire: