tartine

tartine

lundi 15 août 2011

De l'huile de moteur dans les aliments


Le lubrifiant, mélangé à un lot de 40.000 tonnes d'huile de tournesol, a servi à la préparation d'un nombre indéterminé de produits n'ayant jamais été retirés des rayons français.

«De l'huile de moteur dans la mayo !» Derrière ce titre hallucinant, Le Canard Enchaîné révèle mercredi une affaire peu ragoutante pour les consommateurs de mayonnaise, vinaigrette industrielle, conserves à l'huile et autres plats cuisinés. Autant de préparations alimentaires qui auraient été conçues avec une dose d'huile de moteur mélangée à de l'huile de tournesol classique.
Tout commence fin février lorsque l'entreprise Saipol (propriétaire de Lesieur) numéro un de la transformation des oléagineux reçoit dans son usine de Sète une cargaison de 2.800 tonnes d'huile de tournesol brute en provenance d'Ukraine. Une cargaison elle-même issue d'un lot de 40.000 tonnes livré également aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne.

Les aliments contenant moins de 10% d'huile frelatée autorisés

Un mois plus tard, l'entreprise est avertie par un industriel du nord de l'Europe, destinataire du même lot, de la présence d'huile de moteur mélangée à l'huile de tournesol. Le 21 avril, soit un mois après avoir été informée du problème, et deux mois après avoir reçu l'huile frelatée, Saipol prévient enfin la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) française. Selon Le Canard, 19 des 2.800 tonnes d'huile livrées à Sète seraient en fait de l'huile de moteur et non de l'huile de tournesol.
Averties, la Répression des fraudes et la Commission européenne lancent une alerte et retirent les produits des rayons. Des produits qui, disent-elles, n'ont pas atteint le consommateur. C'est du moins ce qu'elles affirment dans un premier temps. Car en réalité, ni la DGCCRF, ni Bruxelles ne savent quelle quantité de produits a été contaminée. Aussi, le 2 mai, la Commission européenne produit, en catimini selon l'hebdomadaire satirique, une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de 10% d'huile frelatée. Comme l'affirme une note de la Répression des fraudes que s'est procurée Le Canard Enchaîné, aucun rappel n'a été effectué car l'huile ne présentait pas un risque de toxicité aigüe. Pour Bruxelles, l'huile utilisée comme lubrifiant n'ayant pas reçu ses additifs les plus toxiques, et c'est le cas du lot concerné dans cette affaire, un homme peut en avaler jusqu'à 1,2 grammes par jour.

http://www.lefigaro.fr/sante/2008/05/14/01004-20080514ARTFIG00602-de-l-huile-de-moteur-dans-des-produits-alimentaires-.php

Aucun commentaire: