jeudi 21 mai 2015

Les Allemands contestent la version de l histoire à la télé

video

Reportage de la chaîne en ligne suisse et germanophone Medien Klagemauer TV, diffusé le 23 décembre 2014 et consacré aux responsabilités du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale

vendredi 8 mai 2015

L'étrange jeune fille qui filme Tchernobyl

Cette jeune fille tourne des vidéos presque fantasmagoriques dans la zone d'exclusion de Tchernobyl. Des séquences aussi fascinantes que dérangeantes.



L'étrange jeune fille qui filme Tchernobyl

Personne ne sait exactement qui elle est. Certains disent que c'est une étudiante allemande ou qu'elle aurait du moins longtemps vécu à Berlin. Elle-même se nimbe de mystère, arguant que ce n'est pas le scientifique qui importe, mais ses expériences. La seule chose certaine que l'on sait d'elle c'est qu'elle veut qu'on l'appelle "Bionerd23" précise Slate.fr.
Elle ne semble craindre ni la radioactivité, ni le danger et se promène la plupart du temps sans la moindre protection dans l'une des zones les plus radioactives du monde. La zone d'exclusion de Tchernobyl s'étend sur 30 km autour du coeur du désastre. Visiter cet endroit n'est pas interdit, mais cependant très fortement réglementé et uniquement possible avec un guide. Bionerd23 ne semble pas en faire grand cas et arpente comme bon lui semble la zone afin de montrer ce qui "n'aurait jamais été vu sans cela" précise encore Slate.fr.
On la voit croquer des pommes d'un arbre radioactif, se faire piquer par des fourmis radioactives, ou encore ramasser à mains nues des débris du réacteur. Mais aussi montrer des choses étranges comme des poissons-chat presque aussi gros que des requins. Étrangement, les radiations ne l'inquiètent guère. Si certains la traitent de suicidaire, elle se contente de citer Marie Curie: "Dans la vie, rien n'est à craindre, tout est à comprendre."
Depuis trois ans, elle a posté de nombreuses vidéos dans un style déshumanisé sur ses explorations radioactives dans cette zone où le temps s'est arrêté. De quoi lui assurer une certaine renommée auprès des amateurs du genre.



dimanche 29 mars 2015

La congolaise Kyenge, responsable de l’UE pour l’immigration, veut la mise hors la loi et la prison pour les opposants à l’immigration


BREIZATAO – ETREBROADEL (05/03/2015) Le Parlement européen a confié à Cécile Kyenge le rôle de co-rapporteur – avec le Maltais Roberta Metsola – sur « l’initiative stratégique concernant la situation en Méditerranée et la nécessité d’une approche globale de l’immigration dans l’UE ». La congolaise Kyenge est l’emblème et la figure de proue du Grand Remplacement en Italie et en Europe.
Rappel :
  • Cécile Kyenge a reconnu avoir pénétré illégalement sur le territoire italien lors de son arrivée (lire).
  • Elle est issue d’une famille de 38 enfants nés des quatre femmes de son père (wikipedia)
  • Elle se définit comme « une femme noire et fière de l’être » (lire)
  • Elle demande la suppression de la notion d’immigrant clandestin (lire)
  • Pour Cécile Kyenge : «L’Italie est un pays métis» (relire) et «multi-ethnique» (relire)
  • Cecile Kyenge veut plus d’Africains en Italie et en Europe (relire)
  • Pour Cecile Kyenge, « l’Europe doit ouvrir davantage ses frontières » (relire)
  • Selon elle, « l’Europe a évité le déclin démographique grâce à l’immigration ». (relire)
  • Elle veut « un président noir en Italie« . Elle en « rêve tous les jours » (relire)
  • Elle demande une loi européenne interdisant les partis qu’elle estime ‘racistes’(relire)
  • En Italie, elle a fait intensément campagne pour que les enfants d’immigrants deviennent citoyens italiens dès la naissance. (relire)
  • Elle veut éradiquer l’idée « qu’il n’y a pas d’Italiens noirs » (relire)
Interdire les partis qui défendent les Européens
Depuis six mois, à intervalles réguliers, Kashetu Kyenge formule ses exigences dans le quotidien en ligne Affaritaliani.it, plus précise et menaçante à chaque fois. Le 30 août, elle demandait « une loi avec des sanctions contre les partis qui promeuvent des programmes racistes » : elle citait alors la Ligue du Nord et le petit parti nationaliste Forza Nuova, lesquels, selon elle, devaient être « mis hors la loi ». Le 30 octobre, elle réclamait une loi « pour interdire à la Ligue du Nord et à Forza Nuova de se présenter aux élections ».
Dimanche, au soir de la grande manifestation nationale de la Ligue du Nord et de Casapound, réunies à Rome autour de Matteo Salvini, elle a exigé un durcissement de la loi antiraciste Mancino (l’équivalent italien, pour l’instant en plus modéré, des lois Pleven et Gayssot). Elle a détaillé les peines à infliger : « sanction économique sous forme d’une amende à payer à l’État », pour les particuliers comme pour les partis ; emprisonnement (« une mesure extrême qui doit cependant être prise en considération ») ; interdiction de se présenter aux élections pour « les partis ou les groupes politiques » ; et, en dernière analyse, rien de moins que la mise au ban de la société : « Quiconque discrimine de quelque manière que ce soit doit être éloigné des institutions et de la société ».

La Ligue du Nord n’est que la première sur la liste Kyenge. Dimanche : « Ce discours ne concerne pas seulement la Lega mais tous les partis, il est transversal ». En octobre : « La Lega et Forza Nuova sont les premiers partis à punir de cette manière mais, en regardant bien, je n’exclurais pas d’en trouver d’autres »
Et au mois d’août : « Nous devons y arriver, non seulement en Italie, mais dans toute l’Europe ». 
L’Inquisition antiraciste aura ainsi le pouvoir, à tout moment, de déchoir les indigènes de leurs droits civiques, de les priver de leurs biens et de leur liberté, de les frapper d’anathème, d’en faire des lépreux. Nous voici devenus des citoyens de seconde zone, que dis-je ? des serfs, qui devraient s’estimer heureux d’être encore tolérés sur la terre de leurs pères, avant, demain, d’être expulsés vers le Congo.
(source : NOVOpress)

mercredi 18 février 2015

La loi Gayssot est virtuellement anticonstitutionnelle depuis le 28 février 2012.

Deux ans de taule pour des vidéos en application d’une loi anticonstitutionnelle.

Le négationniste Vincent Reynouard vient d’être condamné, au titre de la loi Gayssot, à une peine de deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Coutances (Manche), devant lequel il comparaissait. Je ne discuterai pas ici l’aspect moral ou immoral de cette décision, les vidéos incriminées sont indiscutablement négationnistes. Je ne discuterai pas plus la peine de deux ans alors que les textes prévoient un an (c’est d’ailleurs une des raisons qui ont motivé l’appel du parquet).

Je veux juste soulever un point de droit essentiel : la loi Gayssot est virtuellement anticonstitutionnelle depuis le 28 février 2012.

En effet, un mois plus tôt, le 23 janvier 2012, le Parlement français avait adopté définitivement une proposition de loi UMP qui visait à pénaliser la négation des génocides en général. Rappelons, comme l’indique Le Figaro du jour, que « deux génocides, celui des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et celui des Arméniens, sont reconnus, mais seule la négation du premier était pour l’instant punie ». Cette proposition de loi faisait suite à une première proposition de loi initiée elle aussi par l’UMP le 12 octobre 2006, mais spécifiquement dirigée contre la négation du génocide arménien. Suite aux protestations de l’État turc, François Fillon l’avait retirée en 2008. Or, quelques jours après le vote final du Sénat, un peu plus de 120 députés et sénateurs de tous horizons saisissaient le Conseil constitutionnel sur ce nouveau texte pour en examiner la conformité à la Constitution. La décision des sages de la rue de Montpensier tombait le 28 février 2012 :

«  […] Alinéa 6 Considérant qu’une disposition législative ayant pour objet de « reconnaître » un crime de génocide ne saurait, en elle-même, être revêtue de la portée normative qui s’attache à la loi ;[…]; qu’en réprimant ainsi la contestation de l’existence et de la qualification juridique de crimes qu’il aurait lui-même reconnus et qualifiés comme tels, le législateur a porté une atteinte inconstitutionnelle à l’exercice de la liberté d’expression et de communication ; que, dès lors, et sans qu’il soit besoin d’examiner les autres griefs, l’article 1er de la loi déférée doit être déclaré contraire à la Constitution ; que son article 2, qui n’en est pas séparable, doit être également déclaré contraire à la Constitution.
 

D É C I D E :
 

Article 1er.- La loi visant à réprimer la contestation de l’existence des génocides reconnus par la loi est contraire à la Constitution.»

À la suite de cette décision, la loi à peine votée fut immédiatement abrogée. Nicolas Sarkozy puis François Hollande promirent au président arménien Serge Sarkissian de faire voter un nouveau texte, une promesse qui comme tant d’autres tomba dans l’oubli. Mais ce qui est tout à fait remarquable, c’est que personne n’osa toucher à la loi Gayssot qui aurait dû ipso facto être abrogée elle aussi. Allez savoir pourquoi !
Vincent Reynouard, qui mène un combat vieux de vingt ans contre cette loi, s’est donc mis volontairement en contravention d’un texte toujours en vigueur mais anticonstitutionnel. Son but ? Faire reconnaître le bien-fondé de son seul argument de défense – le caractère anticonstitutionnel de la loi – et, ainsi, mettre les juges de la Cour de cassation et le législateur en face de leurs propres contradictions.

dimanche 8 février 2015

Poignée de main à un Roi en carton (Arabie Saoudite)

video


Après la mort du roi en Arabie Saoudite le 23 janvier dernier, les hommes du pays doivent, comme la tradition l'exige, serrer la main du nouveau Roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud en signe d'allégeance. Mais avec 10 millions d'hommes, dans le royaume cela risque de prendre beaucoup de temps. Alors, ils ont trouvé une parade, des portraits en carton du roi ont été installés dans les lieux publics, avec derrière chaque carton, un homme payé à serrer les mains. 

mercredi 17 décembre 2014

Suède : des Refugiés Débarquent en Surprise par Jet Privé !


Nouvelle absolument extraordinaire qui nous vient de Suède. Alors qu’on avait vu les demandeurs d’asile qui arrivent par barques, dans des camions ou autres moyens de fortune, là des demandeurs d’asile débarquent a Malmö par… jet privé ! L’avion qui arrivait du Liban transportait treize personnes dont trois membres d’équipage. Vu la politique en matière d’asile, une fois l’effet de surprise passé, tout le monde sera régularisé.

Traduction:
La Police de Malmö, la plus grande ville du sud de la Suède, est en train d’enquêter.
Un porte-parole des forces de l’ordre a révélé au journal Svenska Dagbladet que l’avion transportait deux passeurs présumés qui sont de nationalité égyptienne. Ils voyageaient avec une Libanaise de 20 ans également suspectée.
Le reste des passagers sont des demandeurs d’asile dont au moins deux en provenant de Syrie. [Les Syriens sont régularisés automatiquement en Suède].
Les trois suspects ont été arrêtés mardi et interrogés durant la nuit.
Les services de sécurité suédois (SAPO) sont également impliques dans l’enquête.
D’après l’agence de news TT, les employés de l’aéroport sont devenus suspicieux parce que l’équipage de l’avion n’avait fourni aucune liste de passagers.
[Source 1, Source 2]

vu sur le site d'Aldo Sterone

samedi 13 décembre 2014

Noël à l'Elysée

video

Le pitre fromager poissard de la pluie en 2014et le grand remplacement (fantasme et lubie d'extrémistes nauséabonds racistes et xénophobes ) .

                                    video

Pompidou 10 décembre 1970 .


lundi 27 octobre 2014

L’ami de DSK passe par la fenêtre : le Mossad est en deuil.


La chronique est discrète sur la mort tragique, jeudi 24 octobre, de Thierry Leyne, l’ami et associé de DSK dans ce qui devait être une aventure financière à au moins deux milliards de cash.Sous la houlette de l’ancien ami de « Dodo la saumure »  voici la promesse d’un coup gagnant au casino de la finance mondiale. C’est au printemps 2013 que Leyne et Strauss-Kahn s’unissent pour créer  « LSK and Partners », une banque d’investissements version « boutique », nous précise le quotidien « L’Opinion ». DSK est alors sorti à peu près intact de son tsunami hôtelier, ayant renoncé à la politique il peut se mobiliser à plein pour la finance.

Leyne, son partenaire âgé à cette époque de 46 ans, n’est pas un vieil ami de DSK. Thierry, un franco-israélien,  lui a été présenté par de puissantes personnalités israéliennes qui ont su convaincre Dominique : « s’associer à Leyne c’était l’assurance d’avoir le soutient total du gouvernent de Jérusalem ».  En Israël, Leyne est  un citoyen discret mais pas totalement ordinaire. Il a été formé à l’Institut de technologie de Haïfa, le Technion qui depuis longtemps a  la réputation d’être l’université des techniciens du Mossad et de l’armée, une pouponnière d’espions. C’est ici qu’à été conçu le « Dôme de fer », bouclier anti missile, c’est aussi ce Technion qui travaille sur de multiples projets d’engins blindés téléguidés, de drones et autres outils d’espionnages ultra secrets. La légende, qui colle à l’institut de technologie, est claire : ceux qui y suivent des cours sont des « étudiants-soldats ». Nos excellent confrères, Ahmed Abbes et Ivar Ekeland  du site « Orient XXI », qui viennent de consacrer un article à cette perle de la connaissance, terminent ainsi leur papier : « Le Technion, ses professeurs, ses chercheurs et ses étudiants sont devenus des rouages essentiels d’une politique dure israélienne,  justifiants les appels internationaux de plus en plus nombreux au boycott académique de cette institution ».

Le Mossad en embuscade

Voilà donc qu’une odeur de Mossad colle à la réputation de Thierry Leyne. Et le premier acte spectaculaire qu’il va accomplir avec DSK renforce le soupçon. Nous somme à Juba en mai 2013. Juba est la capitale du Sud Soudan, entité pour partie chrétienne  « arrachée » aux vilains musulmans du nord. Depuis des années la CIA et le Mossad mettent tout en œuvre pour déstabiliser tout politicien régnant à Khartoum. Et tout en œuvre également pour aider les « rebelles du sud ». Faut-il préciser que cette partie du Soudan est riche en pétrole.

Ce Sud Soudan né, avant que ses partisans n’entament eux-mêmes une guerre fratricide pour le gain du pouvoir, il faut bien lui donner un semblant de structure monétaire… Et qui mieux que Thierry Leyne,  appuyé sur la lourde caution de DSK, peut  lancer une National Credit Bank si utile au  bon démarrage des affaires…

Après ce départ au turbo, la suite est un peu moins glorieuse…  La mise en bourse de LSK, sur le terrain du CAC 40 à Paris, a vécu une cruelle chute qui a divisé  sa valorisation par deux ces soixante derniers jours. Nul ne dit que c’est cette mauvaise météo boursière qui, selon la vieille tradition, a poussé Thierry Leyne à « se jeter » depuis les derniers étages de la plus haute tour de Tel-Aviv.
Sauf, comme dans tous les romans noirs, que des témoins pourtant peu complotistes suggèrent que l’ami de l’ancien boss du FMI aurait pu être poussé dans le vide.


Publié par Jacques Marie Bourget
Grand reporter et écrivain: Il commence sa carrière chez Gallimard à la NRF puis enchaine l’ORTF, L’Aurore, Le Canard Enchainé, L’Express, VSD, le Sunday Times, Paris-Match et Bakchich.
En 1986 a obtenu le Prix Scoop pour avoir révélé l’affaire Greenpeace.

Source